J5 D3: SUS 6-HANAU 3->8-6

J5 D3: SUS 6-HANAU 3->8-6

L’Ost de la 6 VS les Hérauts de Hanau

Une fois de plus, la 6 confrontée à la défection massive de ses seigneurs. Jacky chez les bataves à la recherche de plantes exotiques pour son jardin d’hiver et la momies invitée à un banquet d’anciens combattants de la glorieuse armée de Ramsés II, cela devait sentir fort le ranci.
Pour rester compétitif face à cette équipe de Hanau qui, il faut le dire, nous terrifiait, il nous fallait une pointure. Après avoir parcouru les contrés du royaume à la recherche du chevalier capable de tenir la dragée haute à nos adversaires, niet, nada, queue de chie, pas un pour tenir tête aux hérauts du jour. En désespoir de cause, nous dûmes fouiller les caves du SUS et oh surprise, il était là, un peu poussiéreux mais toujours aussi fringant : Messire LECHEVALLIER. Après avoir dérouillé son heaume et ajusté son pavois, il était prêt à conquérir le Graal. Sur la lice, messires Boos le Fourbe (revêtement de m.. côté noir), Schini le Gentil (il nous laisse quand même 3 points), Muller le taciturne (pas d’émotion visible mais efficace à la table) et enfin Sand le vétéran (un dur à cuire).
Les joutes furent de haute volée et l’intensité des rencontres ne laissait pas préjuger de l’issue du match. Après les doubles, à 6/4 tout était encore possible pour les deux équipes. Cri-Cri n’étant pas en amour de sainteté ce soir, trébucha lamentablement, on l’excuse pour cette fois, c’est quand même lui notre leader en terme de victoires. 6/5, on dirait un métronome qui rythme une remontée.
A Serge, l’homme qui valait trois milliards de jouer contre messire Boos. On passa à deux doigts de l’exploit mais la lumière du Graal l’aveugla et but la lie de la défaite. Ce soir, Serge ne valait plus que trois milliards de clopinettes.
6/6, aaargh, « ô rage ! Ô désespoir ! Ô vieillesse ennemie ! N’ai-je tant que vécu pour cette infamie ? ». Après avoir interrogé Tianhe-2, trois options possibles, le nul ,pas si nul, la victoire, improbable, il y a quand même le captain en dernière rencontre et enfin la défaite.
En lice, notre jouteur d’un soir, pas de répit pour son rival. Une belle victoire et…
7/6, le nul assuré.
Au captain de s’y coller, vu les résultats de la saison, on ne parierait pas un kopek sur lui.
Début de rencontre conforme à sa méforme puis sursaut d’orgueil vite étouffé dans l’œuf et là devant lui, le calice s’illumine, il est à sa portée (oui je sais, il doit fumer les plantes que Jacky a ramenés), plus qu’un set et la victoire est acquise. Sans trembler, il ajuste ces coups et finit par terrasser le dragon. Belle victoire et belle soirée, nous sommes premiers et l’on devrait garder le titre jusqu’à la dernière journée où Betschdorf devrait mathématiquement nous détrôner. Aaargh, je déteste les maths.
Fin de soirée dans notre estaminet habituel en bonne compagnie si l’on admet que les gens de la cinq le sont.
Réveil difficile, j’ai mal au heaume, certainement l’abus d’hydromel.

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest

One Comment

  1. Bravo les gars ! C’était LE match piège et vous avez pu le contrer.
    Bravo à tous vos exploits et perfs.
    Bravo encore à Julien pour son dévouement.
    J’ai failli venir ne fin de soirée pour vous féliciter mais la boule de bowling m’a cassé mes autres boules. Donc pas de bravo.

    La momie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *