J3 D3: ZORN 3-SUS 7->6-8

J3 D3: ZORN 3-SUS 7->6-8

Les 4 Fantastiques

On revient de loin, heu d’Hochfelden abruti. Effectivement après deux rencontres, notre escarcelle était vide et le moral dans les chaussettes d’après-match et cela ne sentait pas bon. Il fallait réagir et prendre le taureau par les cornes et non dans les fesses. Pour ce faire, un apéro d’avant-match (avec modération, note obligatoire selon le CSA) devait nous remettre sur les rails de la victoire… ou du déraillement.

La compo d’équipe légèrement modifiée, vous verrez que cela a eu son importance mais il ne faut pas en tirer de conclusion hâtive. Cri Cri d’Amour lance les hostilités mais trop loin, trop fébrile devant l’enjeu de la partie, il en perd son latin et surtout son revers foudroyant. Au Captain de s’y coller. Après une longue convalescence on allait voir si son jeu de bras cassé avait gardé de sa superbe. Un match d’une très grande intensité, le score le prouve. L’utilisation du défibrillateur fut nécessaire ainsi que des sels à chaque set. Au bout du compte, suite à un malentendu, le 1er point fut acquis. Serge, le bionique de service, enfonça les clous. Puis comme souvent cette saison, le désert, le trou noir. 5/3 avant les doubles, cela sentait le pâté lorrain. Compo des doubles somme toute sans surprise sauf que l’on mit le Muppet’s show en 1 et spin docteur du picotin avec le Captain en 2. Le double 1 sans surprise fit son taf. Pour la 2, la palme des coups improbables revient à Jacky qui sut assener des coups de buttoirs d’une folle insolence pour permettre l’égalisation. A 5/5, on peut rêver, et grâce à notre Robocop qui depuis le début de saison est impressionnant de régularité à croire qu’il a été se régénérer à Fessenheim, d’ailleurs suite à ses ablutions dans les cuves, ils ont dû la fermer, nous apporta une légère avance que Cri Cri d’Amour accentua avec brio(che), enfin notre tombeur retrouva la victoire qui lui manquait tant. 7/5, le nul acquis, il ne restait plus qu’a Jacky ou Captain de conclure. Jacky pensait déjà à ses prochaines prises, quel fil choisir, du 6/10 ou carrément de la corde avec une cuillère à confiture pour pécho le merlan et en oublia sa rencontre. Reste plus que le Captain en lice pour pécho le Graal. Et là, mazette que ce fut pénible, long et surtout ardu. Une fois de plus, sur un malentendu, d’ailleurs cela va être mon nouveau pseudo, le point de la gagne et notre première victoire.

Pour ceux qui suivent les pérégrinations de la 7, vous remarquerez qu’il manquait un pion qui était présent aux deux premières rencontres, mais de là à en tirer des conclusions trop hâtives, il n’y a qu’un pas que je ne saurais franchir parce qu’après les efforts fournis lors de cette soirée, je n’en ai plus la force.

Fin de soirée toujours très agréable à nous sustenter autour d’une table.

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *