J2-D3-SUSTT7 vs RCS6 : 6-8

Les sarres dînent (à l’huile évidement)

Avant la rencontre, petite étape chez la momie’s qui nous avait concocté mille saveurs de son pays
afin de nous booster quelque peu. Le plus étonnant fut le gloubi-boulga de sardines avec du Guronsan, Sarvit, gingembre et plein d’autres stimulants qui ne sont pas répertoriés dans le Vidal. Tout cela évidement avec quelques breuvages du cru. Arrivés à la salle, les effets ne se firent pas attendre, passage obligé au pipi-room, 10km d’échauffement autour de Schiltigheim et une centaine de pompes. Pour ma part, je me suis arrêté à 125 afin de garder un peu d’énergie pour le match. Après un démarrage tonitruant, une grande lassitude m’envahit. Sueurs, jambes flagellantes, vision trouble et surtout, les sardines qui avaient décidé de faire leur migration gastrique vers mon œsophage. Petite frayeur sans conséquence pour plier la partie avec brio(che). Serge, bio-man de service, surfait magistralement sur la vague de la réussite, je l’ai même vu accomplir des saltos pour donner plus de punch à ses smashs. Jacky qui, craignant pour sa santé, avait décliné l’offre du Gloubi-boulga et s’en mordit les doigts et sans doigts, c’est dur de tenir une raquette. Cri-Cri d’amour dut faire moult halte pour vider son outre euh sa vessie et perdit le fil du match et de la rencontre. Pour notre Bioethylene, la concoction commencait également à avoir des sautes d’humeur sans grande conséquence sur le résultat. Cri-cri enfin d’aplomb, ne laissa que très peu de points à son adversaire. Enfin les doubles et là, on les attendait au tournant nos muppets show et pour le show, on ne fut pas déçu. A des moments, tel des pom-poms girls faisant la pyramide, ils firent des acrobaties pour rattraper les balles et conclure la rencontre avec un flegme so britisch. Après les doubles, plus grand chose à dire sauf pour Cri-Cri qu’on a dut débrancher car il voulait continuer à jouer et surtout à gagner, il alla même voir la rencontre d’à côté pour jouer. Tout au long de cette soirée, on a eu le droit au coaching de la momie’s que je soupçonne de nous avoir assistés pour vérifier les effets de tout ce qu’il nous a fait ingurgiter avant la partie. Avait-il un doute au point d’avoir appelé le Samu au cas ou ? Merci a Mister Claude OPPEL de nous avoir arbitrés avec l’inflexibilité sur le règlement qui le caractérise. Fin de soirée au tribunal, eh oui, on avait pas mal de casseroles juridiques à nos basques après cette soirée.

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *