J12-D3-SUSTT6 vs SELESTAT CCA2 : 12-2

Quand le printemps pinte son doigt (pour les initiés de bière) 12/02

Qui l’eut cru, une salle comble un vendredi Saint pour uniquement voir la prestation de la
6. Cela commença comme dab lors de la réunion de préparation d’avant match avec un
invité surprise qui nous fit bien plaisir. Pour cette rencontre, on opta pour la sécurité en
invitant en guest star Christophe. Ce fut peut être notre seule déception de la soirée, mou
du genou et du coude (sauf après match étonnamment), déplacement plus lent qu’un
gastéropode, il concéda globalement 1 set, allo quoi c’est Christophe tout de même. Jacky
venu de son Pfétinois natal, brava le blizzard, la dérive des continents et même la
désertification capillaire du Captain pour nous offrir une prestation digne d’un gladiateur
des temps modernes (cela s’arrête au 19eme siècle pour Jacky). Cri-Cri qu’on prénomme
l’intouchable depuis cette soirée, nous époustoufla. Des creux, des vagues et pour finir un
tsunami. Bio-mécanique agricole, préoccupé, lâcha une partie. Un dernier tour de table
avec nos adversaires fort sympathiques pour le débrief d’après match et zou que le quatre
vents nous emporte au delà de la nuit pour fêter dignement cette belle victoire. Mais tout
cela n’a plus vraiment de sens, les nuages s’accumulent au dessus du club et obscurcissent
l’horizon. Je profite de cette espace de liberté pour donner mon sentiment. C’est grand
dommage d’en arriver là, formation de clans, démissions multiples et autres amabilités. Je
vous rappelle que la dénomination exacte du club est Stade Unioniste de Schiltigheim et
d’union, je n’en vois plus. Je suis au club depuis plus de trente ans et j’avais plaisir à venir à
l’entraînement pour me déconnecter des turpitudes de la vie quotidienne et de retrouver
des personnes de tout bord pour partager une passion commune. Au fil des ans des liens se
sont formés et le partage s’est prolongé bien au delà de la salle. Maintenant, l’esprit familial
du club s’en est allé, où je ne sais pas mais j’ai grand espoir de le retrouver, mon côté
utopiste qui parle. Alors les gars, retroussez vos manches, mettez vos rancunes et ego dans
un sac et allez l’enterrer bien profond pour que le club puisse encore perdurer et ne pas
l’envoyer se fracasser dans un mur d’incompréhension. Un grand merci à nos groupies d’un
soir (Olivier(s), Lolo, Blum, Julien et des milliers d’autres)

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *